Du tourisme sur Lens ? En plein coeur du Bassin Minier ? Et oui !

Du tourisme sur Lens ? En plein coeur du Bassin Minier ? Et oui !

Au cours de nos vadrouilles, nous nous sommes souvent entendus dire que nous connaissions certains endroits mieux que ceux qui y vivent à l’année. Normal puisque nous y allons pour prendre le temps de les découvrir …

Je me rends compte cependant que cela devient la même chose pour nous avec le Bassin Minier où se développe le tourisme depuis l’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. A trop le côtoyer au quotidien, nous l’avons à peine vu évoluer ces dernières années … Tout comme Lens, sa capitale historique, qui devient désormais une destination touristique à part entière. Allons donc voir cela.

Jamais je n’aurais cru pourtant durant ma jeunesse que le Bassin Minier ainsi qu’une ville comme Lens auraient un jour un quelconque intérêt touristique … Il était inconcevable pour moi que des gens puissent être intéressés par la visite de cités minières, de terrils ou encore d’une ville à caractère ouvrier n’ayant aucun centre historique. Et ce n’est pas faute pour Lens de ne pas avoir eu de riche passé historique.

Lens était même au Moyen-Age un des bourgs les plus importants de l’Artois, au temps où la ville était fortifiée et disposait de son propre château. Si la ville n’avait pas alors été entièrement rasée au cours de la 1ère guerre mondiale, elle disposerait peut être encore d’une de ces vieilles villes attirant naturellement les touristes aujourd’hui. Mais non, même pas …

En fait, si l’histoire démontre que Lens a été maintes fois assiégée, plusieurs fois mise à mal et voire même quelques fois détruites, c’est une ville qui a toujours su se relever. Tel un phénix qui renaît de ses cendres … Et c’est quelque part encore le cas aujourd’hui alors que le territoire est en pleine reconversion économique et sociale depuis l’arrêt de l’exploitation minière dont elle était le fer de lance (sans jeu de mot ;-)). Cela lui a d’ailleurs valu l’obtention du label Pays d’Art et d’Histoire en 2008 (avec Liévin avec qui elle forme une intercommunalité).

Et comme indiqué dans le précédent article « Oui j’habite dans le Bassin Minier, et même que j’en suis fier maintenant !« , le Bassin Minier tout entier a aussi changé ces dernières années … Mais avant de vous parler un peu plus de Lens, on vous invite à découvrir notre vidéo réalisée au cours d’une journée passée là avec le collectif #BlogueursHdF et Florence de Lens – Liévin Tourisme :

 

Lens, le coeur du Bassin Minier !

Pour en revenir à notre époque, l’histoire de Lens est intimement liée à celle de l’industrie minière. Ce qui n’était encore qu’une petite bourgade agricole de 3000 habitants au milieu du XIXeme siècle a vu en effet sa population rapidement décupler après la création de la Société des Mines de Lens en 1852. Du charbon avait été découvert dans les environs et l’exploitation de ce minerai noir nécessitait beaucoup de main d’oeuvre. Peu à peu des chevalets se dressèrent, des cités naissèrent et Lens devint ainsi la capitale du Bassin Minier.

Au vu de l’intérêt économique que représentait l’industrie charbonnière, la ville a d’ailleurs été rapidement reconstruite après sa destruction lors de la 1ère guerre mondiale. Dans le style Art Déco bien sûr puisque c’était le style architectural alors en vogue à l’époque. Et pour info des visites guidées sont proposées par Lens-Liévin Tourisme pour découvrir le style art déco de Lens au cours d’une promenade urbaine.

Du fait alors que l’économie de Lens était principalement centrée sur la mine, la ville a connu une grave période de récession à partir des années 1960 lors du recul de l’extraction du charbon. Durant les 30 années qui suivirent, le chômage grimpait, les magasins fermaient … et l’ambiance n’était pas à la fête chez les familles de mineurs.

Puis est venue le temps de la reconversion des sites miniers et de la mise en valeur d’un patrimoine résultant de trois siècles d’industrie minière. Un temps où un office de tourisme a été créé pour l’agglomération Lens – Liévin, un temps où Lens a été choisi pour recevoir une antenne du Musée du Louvre, un temps où le Bassin Minier a été inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO … Bref un temps pour faire battre à nouveau, et avec force, le coeur du Bassin Minier et en faire une nouvelle (et authentique) destination touristique.

C’est donc dans ce contexte là que Valérie et moi avons pris conscience que nous vivions nous même dans un endroit inscrit à l’UNESCO, nous qui prenions l’habitude de découvrir de tels sites au cours de nos voyages …

 

Et qu’y a t’il donc de particulier à voir sur Lens ?

Voici quelques suggestions basées sur le programme de notre journée à Lens :

Le Musée du Louvre-Lens, une fierté pour le Bassin Minier !

Personnellement je n’ai jamais été un grand amateur de musées, contrairement à Valérie. Mais je me réfère toujours aux musées traditionnels que j’ai connu étant plus jeune et que je trouvais plus « barbant » qu’autre chose. De nos jours les musées modernes sont bien mieux pensés et ont plus d’attrait, leurs concepteurs ayant compris qu’il n’y a pas que le contenu qui compte. Il faut aussi que le contenant nous donne l’envie de faire le déplacement …

Et c’est typiquement le cas pour le Musée du Louvre-Lens qui s’est installé sur le site de l’ancienne fosse n°9 des mines de Lens. Rien que le parc dans lequel il se trouve nous donne en effet envie de nous balader sur ses 20 hectares paysagers. Fait de verre et d’aluminium, le bâtiment éveille aussi notre curiosité avec son architecture discrète, son style épuré et son intérieur lumineux. Le moindre rayon de soleil sublime son apparence extérieure avec les reflets de la nature environnante. Rien que cela nous incite déjà à faire un 1er pas vers la culture 🙂

Une bonne surprise nous attend ensuite à l’intérieur avec la gratuité de la Galerie du Temps, une exposition permanente mettant la culture à la portée de tous. On y trouve là plus de 200 chefs-d’oeuvre retraçant 5000 ans d’histoire de l’art (période allant de l’Antiquité au XIXeme siècle).

Le Louvre-Lens c’est aussi des expositions temporaires, elles sont au nombre de deux par an. Celles ci sont par contre payantes (10€) mais restent abordables comparées au prix d’une séance de cinéma UGC au tarif normal (12,10€) …

Dans notre cas c’était l’exposition Homère (valable du 27 mars au 22 juillet 2019) et nous avons eu la chance de la découvrir au travers d’une visite guidée proposée par le musée. Chloé (notre guide) nous a alors plongé dans la mythologie grecque, au temps des dieux et des déesses, et dans les fabuleuses épopées de l’Illiade, avec les épisodes de la guerre de Troie, et de l’Odyssée avec le périple d’Ulysse voulant retourner chez lui …

En plus cette thématique me parlait personnellement du fait que j’avais étudié le grec au collège. Cela m’a en effet rappelé des cours où on étudiait des textes d’Homère … Au cours de la visite je me suis d’ailleurs amusé à reconnaître quelques mots grecs indiqués sur certaines oeuvres.

Bref une visite assez intéressante, même pour moi. Et ce qui est sûr c’est que pour les habitants du Bassin Minier que nous sommes, c’est une grande fierté d’avoir un musée aussi prestigieux à 2 pas de chez soi.

Le Musée du Louvre-Lens
Galerie du temps et Pavillon de verre : Entrée libre et gratuite
Galerie d’expositions temporaires : Tarif plein : 10€ / 18 – 25 ans : 5€ / – 18 ans : gratuit
Tarif des visites guidées : de 4€ à 6€ (hors droit d’entrée à l’exposition)
Plus d’infos sur le site web du Louvre-Lens

La Cité 9 de Lens, une vitrine pour le Bassin Minier

Si on m’avait dit qu’un jour je participerais à la visite guidée d’une cité minière, jamais je ne l’aurais cru ! Celles ci ont toujours fait partie de mon environnement quotidien et je n’aurais jamais penser qu’elles puissent un jour intéresser quelqu’un. Du moins pas de mon vivant … Et en fait, depuis que le Bassin Minier est inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, on aurait presque l’impression maintenant de vivre dans un musée à ciel ouvert 🙂

Mais au final ici, pour moi, ce n’était pas tant la balade dans la cité minière qui comptait mais plutôt les commentaires du guide qui allaient avec. En faisant cette visite guidée de la Cité 9 de Lens, je me suis rendu compte que je ne connaissais que la partie visible des cités et non leur histoire et mode de fonctionnement au temps de l’exploitation charbonnière.

En fait les cités minières ont été bâties autour des puits de mine et chacune d’elle avait sa propre autonomie en disposant de son église, de son école, de son dispensaire … Tout le nécessaire pour pouvoir retenir la main d’oeuvre qualifiée. La Société des Mines de Lens mettait ainsi un logement à la disposition de chaque mineur. Il y en avait près de 500 à cet endroit à l’époque.

La Cité 9, ou Cité Saint-Théodore, était évidemment rattachée à la fosse 9 des mines de Lens, là où se trouve désormais le Musée du Louvre-Lens. La visite guidée démarre donc depuis le musée et se poursuit par la rue de la Rochefoucault (principale rue de la cité) avant de rejoindre le coeur de la cité. On y découvre quelques belles maisons avec celle du directeur, de l’ingénieur, du curé, du médecin des mines … avant de découvrir celles des mineurs qui se ressemblaient toutes.

On en apprend plus aussi sur le mode de vie des mineurs qui étaient des gens simples avec de vraies valeurs ouvrières. Des gens qui s’entraidaient. Quand ils n’étaient pas à la mine, ils aimaient bricoler, jardiner, faire de la colombophilie … Toutes ces choses que mon père a aimé faire toute sa vie bien qu’il n’était pas mineur comme avait pu l’être son père. Néanmoins l’exploitation charbonnière ne lui était pas inconnue puisqu’il avait fini sa carrière comme agent de maîtrise aux Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais. Cela me fait d’ailleurs tout drôle maintenant de m’intéresser à des choses dont je n’avais jamais discuté avec lui de son vivant …

Visite guidée de la Cité 9
Du mercredi au dimanche de 14h à 14h45
RDV : Point info Tourisme du Louvre-Lens
Tarif plein : 4€, tarif réduit 3€, gratuit pour les moins de 6 ans
Plus d’infos sur le site web de Lens-Liévin Tourisme

Le Stade Bollaert-Delelis, domicile du fameux RC Lens

Vous vous rappelez cette scène mythique (ci dessous) du film « Bienvenue chez les Ch’tis » où les supporters lensois chantaient les corons ? Et bien celle ci a été tournée au Stade Bollaert de Lens, le fief du Racing Club de Lens. En fait, depuis la mort de son auteur Pierre Bachelet, la chanson « Les Corons » est chantée à chaque mi-temps des rencontres se déroulant au stade Bollaert. De par son évocation de l’histoire du Bassin Minier, elle est ainsi devenue un véritable symbole du RC Lens.

Il faut préciser d’ailleurs que même le stade Bollaert a eu une relation étroite avec l’histoire du Bassin Minier puisque c’est Félix Bollaert, le directeur commercial de la Société des Mines de Lens, qui décida de le créer.

Aujourd’hui l’office de tourisme de Lens propose des visites guidées de ce stade mythique et, que l’on aime le foot ou pas, c’est là une belle occasion de découvrir les coulisses d’un lieu sacré … du moins au moins pour les supporters du RC Lens 😉

Et ce genre de visite permet de tout apprendre sur l’histoire du RC Lens et celle du stade.

En fait le Club de football de Lens a vu le jour en 1906. Il s’est entraîné sur différents terrains de la ville avant de pouvoir profiter du stade créé par les mines de Lens en 1931. Le stade prendra alors le nom de Félix Bollaert (son créateur) à la mort de celui ci puis sera mis gracieusement à disposition du RC Lens. Les Houillères se chargeront alors de l’entretien et des travaux d’aménagement durant 40 ans jusqu’à ce que la crise économique les oblige, dans les années 70, à en faire cession à la ville. Durant les 40 années qui suivirent ensuite, des aménagements réguliers seront réalisés (constructions de tribunes, amélioration éclairages, …) pour en faire le stade que l’on connait aujourd’hui.

C’est en 2012, lors du décès d’André Delelis, que le stade a pris le nom de Stade Bollaert-Delelis. Cela en hommage à cet ancien ministre et maire de Lens qui avait sauvé le stade au moment où les Houillères s’en sont dessaisis.

Mais le plus intéressante de la visite est peut être de découvrir certains lieux non accessibles au public en temps normal. A savoir la salle de presse, les vestiaires des joueurs, la montée des escaliers pour entrer sur le terrain … Je connais quelques supporters lensois qui nous envieront très certainement d’avoir pu accéder à ce genre d’endroit ! Ceci dit tout le monde peut le faire en s’inscrivant à la visite guidée 😉

Bien évidemment on ne pouvait pas repartir de là sans immortaliser le moment en photo avec la fameuse écharpe sang et or ! Merci à Florence de Lens – Liévin Tourisme pour le prêt 🙂

Ce qui est certain c’est que, même si je ne suis pas personnellement fan de foot, j’irais bien un jour voir un match au stade Bollaert. Rien que pour vivre l’ambiance qui y règne avec ces supporters lensois qui ont la réputation d’être le meilleur public de France … Cette émotion là ne se vit pas en regardant un match à la télé, il faut être au coeur de l’événement pour bien savoir l’apprécier. Ajoutez à cela une bonne bière locale accompagnée de bonnes frites (cuites à la graisse de boeuf évidemment) et vous passez là assurément un bon moment simple et convivial comme on les aime chez nous 😉

Visite guidée du Stade Bollaert-Delelis
Tarif plein : 12€, tarif réduit (pour les moins de 18 ans) : 9€
Gratuit pour les moins de 6 ans
Plus d’infos sur le site web de Lens-Liévin Tourisme

Les plus hauts terrils d’Europe juste à côté de Lens

Voilà bien une chose que j’ai appris assez récemment alors que j’ai toujours vécu dans le Bassin Minier : les plus hauts terrils d’Europe se trouvent dans notre Bassin Minier juste à côté de Lens. Plus précisément sur la Base du 11/19 de Loos-en-Gohelle, à une vingtaine de kilomètres de chez nous. Forcément ceux ci attirent la curiosité depuis que le Bassin Minier est inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Mais pas que des touristes, des locaux aussi … La preuve avec moi qui y suit allé plus de fois en une seule année qu’en 50 ans !

Pour info ou rappel, les terrils sont ces montagnes noires faites de résidus miniers provenant de l’extraction du charbon. Et on ne prononce pas le l, on dit des terris.

Du fait de leur aménagement, c’est désormais un lieu de balade plutôt agréable par beau temps. Du haut de leur 186m, les deux terrils jumeaux offrent en effet un joli panorama à 360° sur les environs. Du moins l’un des deux qui est plus accessible que l’autre. Et c’est aussi un lieu de rendez-vous pour les traileurs qui les grimpent en courant quand on a parfois du mal à le faire simplement en marchant 🙂

On peut y aller seul, l’accès étant bien sûr gratuit, il faut juste avoir un peu d’endurance et de bonnes chaussures … Mais le mieux, pour pouvoir s’informer, est assurément de le faire au travers d’une visite guidée proposée par le CPIE Chaîne des Terrils. Celle ci démarre alors de la Base 11/19, classée Monument Historique en 2009, dont on commence par découvrir l’histoire …

Elle se poursuit par l’ascension progressive (à votre rythme bien sûr) d’un terril pour vous en faire découvrir l’histoire, le paysage, la faune, la flore … Et ne croyez surtout pas que vous ne verrez là que du résidu minier ! A notre grand étonnement, les terrils abritent une incroyable biodiversité. 159 espèces animales et 190 espèces végétales y sont recensées. L’intérêt d’une visite guidée est alors de comprendre comment cette richesse écologique a pu ainsi s’y développer 😉

Le point intéressant de la visite est aussi la « lecture de paysage » qui est proposée depuis le terril. On apprend en effet à reconnaître les différentes villes et points d’intérêts environnants que nous montre le panorama jusqu’à l’horizon …

Et il ne faut pas hésiter à passer au Café Rando de la Base 11/19 s’il est ouvert, l’occasion de se rafraîchir avant ou après la montée du terril. Il y a d’ailleurs là d’excellentes limonades régionales … ben oui, ça m’arrive aussi de boire autre chose que de la bière 😉
En parlant d’ailleurs de (bonne) bière, et si vous cherchez à passer un bon moment convivial, sachez que Lens Liévin Tourisme organise chaque dernier vendredi du mois un apéro bière-fromage dans un lieu différent à découvrir. On recommande cela sans hésiter ! Il faut bien évidemment réserver sa place, c’est 8€ par personne => Apéro bière-fromage – apéro dinatoire 😉

Pour en revenir au Café Rando, où nous avons d’ailleurs terminé cette journée par un bon apéro bière-fromage, une exposition gratuite peut éventuellement aussi y être découverte. Jusqu’au 28 juillet c’est celle intitulée « Horizons Miniers » qui présente le regard d’un petit fils de mineur sur le monde de la mine.

Visite « Flash » Loos-en-Gohelle 
Gratuite et proposée uniquement à certaines dates.
D’autres sorties nature sont aussi proposées à divers endroits.
Plus d’infos sur le site web du CPIE Chaîne des Terrils.

 

Il y a même un hôtel 4* dans un ancien coron de Lens !

Notre coin nous étonne décidément de plus en plus. Qui aurait parié il y a quelques années qu’un hôtel 4* viendrait ouvrir ses portes dans un ancien coron de Lens ? Pas nous assurément ! Un nouvel effet bénéfique de l’arrivée du Musée du Louvre-Lens …

Habitué à proposer des demeures et hôtels de caractère près de lieux d’Art et d’Histoire, le groupe hôtelier Esprit de France a en effet ouvert l’Hôtel Louvre-Lens juste en face du musée. Et ce nouvel hôtel respecte bien leur philosophie habituelle d’allier tradition et modernité.

Créé sur la base de 26 maisons de corons rénovées, cet hôtel de 52 chambres offre tout le confort et les services d’un hôtel luxueux tout en respectant l’histoire et l’esprit du lieu d’origine. Les briques rouges des maisons de mineurs ont été conservées et même mises en valeur, ce qui confère un certain charme à l’hôtel …

Et ce même esprit de conservation se retrouve au niveau du restaurant appelé « Le Galibot » en hommage aux jeunes qui faisaient les corvées au fond de la mine … Nous avons d’ailleurs très bien déjeuné à cet endroit, normal quand on sait que le Chef est d’origine lensoise 😉

Cet établissement convivial est ouvert à tous et on peut y aller librement, que ce soit :

  • pour prendre un verre au bar (consulter la carte des boissons)
  • pour déjeuner/dîner au restaurant (à partir de 15€)
  • ou pour y passer la nuit (à partir de 89€).

Et pour un hôtel 4* les tarifs sont très abordables … Pour plus d’infos, direction le site web de l’Hôtel Louvre-Lens.

 

Que conclure alors sur Lens ?

Lens partait vraiment de très loin sur le plan touristique mais, en l’espace de quelques années, cette ville a su faire connaître ses atouts et se faire reconnaître (avec Liévin) en tant que destination touristique à part entière. Et je vais encore me répéter sur le sujet en disant que cela est grâce au dynamisme et au travail acharné de toute l’équipe de Lens Liévin Tourisme qu’on ne peut que féliciter pour un tel résultat.

A notre niveau on peut d’ailleurs aisément se rendre compte du capital sympathie que la destination s’est créée auprès de la blogosphère en mettant en avant son sens de l’hospitalité, du partage, de la famille, de l’entraide, de la fête … qu’elle résume bien en fait avec son slogan qui est « le sens de l’essentiel« . Et c’est là un véritable art de vivre.

Tout cela nous aura donné en tout cas le goût de redécouvrir notre territoire que nous pensions à tort bien connaître. Et oui, c’est qu’il a beaucoup changé ces dernières années, et en mieux bien évidemment …

 

Cette journée s’est déroulée dans le cadre d’un blogtrip du collectif #BlogueursHdF en partenariat avec Lens-Liévin Tourisme. Nous n’en sommes pas moins restés libres de notre avis sur cette journée, celui ci résultant de notre unique et entière appréciation.

 

Et vous sinon, connaissiez vous la ville de Lens sous cet angle là ? Seriez vous prêt(e) à aller y faire un tour ?

=> Pour répondre ou pour toute question/remarque, n’hésitez pas à utiliser la zone commentaires située en bas de cette page …

 

Cet article a 2 commentaires

  1. C’est vrai que nous ne sommes pas fan des musées non plus mais il faut avouer que le musée Louvre-Lens a su redonner envie de redécouvrir l’art à sa façon : dans l’ordre chronologie et dans une grande salle pour éviter de se perdre comme dans un labyrinthe. Une superbe journée en tout cas, merci !
    Les Ch’tis Trotteurs – Article récent : Blogtrip à Lens avec le collectif #BlogueursHdFMy Profile

    1. Oui la Galerie du Temps est assez originale avec sa façon de présenter les oeuvres par ordre chronologique dans une sorte de grand Open Space .. et ce que j’y aime aussi c’est sa grande luminosité 😉

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu