Interview de Vanessa Huet qui nous fait découvrir le Pérou

Vanessa HuetSitué sur la zone ouest de l’Amérique du sud, le Pérou (capitale Lima) possède trois régions distinctes aux caractéristiques différentes : la plaine côtière, les Andes et les terres amazoniennes.

Ce pays regorge de trésors touristiques tels que la ville de Cusco (ancienne capitale de l’empire Inca), le mont Machu Pichu, le lac Titicaca, le train des Andes …

Suite à un stage effectué en immersion dans une famille québéco-péruvienne durant ses études, Vanessa Huet a appris à mieux connaître ce pays et nous le fait donc découvrir au travers de l’interview que nous lui avons réalisé.

 

Peux tu te présenter ?

Je suis Vanessa « Leslie » Huet, 27 ans, montréalaise. Après avoir étudié en langues et en science politique, j’ai atterri en gestion touristique. Venant d’une famille multiculturelle, j’ai eu l’occasion de voyager depuis mon stade embryonnaire. Aujourd’hui, le voyage prend donc une très grande place dans ma vie.

Je suis éditrice du blog Voyage Pérou (www.voyageperou.info) depuis presque deux ans, mais également journaliste pour le journal La Métropole. J’ai également lancé depuis peu un blog sur mes deux passions, la bouffe et le voyage, qui porte simplement mon nom (vanessahuet.com). Je sais, très original. 😉

 

Quel est le pays que tu veux nous faire découvrir ?

Le Pérou, pays des Incas et des lamas- même si ironiquement mon but est de prouver que ces deux images sont terriblement clichées !

 

Quel niveau de connaissance en as tu ?

Mes études m’ont amenée en stage au Pérou.

Si le pays ne m’évoquait rien de particulier avant d’y mettre les pieds, j’ai découvert un univers fascinant et magnifiquement complexe. Il faut dire que j’ai eu la chance de pouvoir vivre dans une famille québéco-péruvienne à Lima, qui m’a partagé tout son amour du pays, enseigné sa complexité.

Je crois donc avoir une vision plus juste du Pérou que si j’avais séjourné avec d’autres voyageurs ou stagiaires.

 

Quels sont pour toi les atouts de ce pays ?

Une glorieuse histoire: même si l’on parle énormément des Incas, car c’est la civilisation la plus documentée du Pérou, elle est pourtant assez récente. Il y a de nombreuses autres cultures qui ont façonné le pays comme les Paracas, Chimu, Mochica, Chavin, sans oublier Caral, la plus anciennes civilisation d’Amérique qui a laissé comme héritage le site de Caral-Supe, la plus ancienne cité précolombienne d’Amérique ! Il y a 5000 sites archéologiques au Pérou, et pourtant, on en parle si peu.

Des paysages à couper le souffle: le Pérou renferme 84 écosystèmes, entre la jungle, les Andes et la côte Pacifique. Le Pérou offre une panoplie de paysages surprenants qui renferment, entre autre, 3000 espèces d’orchidées et 1816 espèces d’oiseaux. On est bien loin de l’image des plateaux andins arides qu’on nous projette constamment.

La culture: le Pérou est un vrai bouillonnement culturel. Si on se plaint souvent, avec raison je dois dire, de la mauvaise gestion du tourisme qui « vend » une fausse authenticité, il ne faut pas oublier que derrière les coulisses de ce tourisme, les traditions sont encore très fortes. On trouve à travers le pays 1300 types de musique, 3000 fêtes populaires, sans compter les très nombreuses danses issues des cultures précolombienne, espagnole et africaine.

La cuisine: une des richesses du Pérou, encore étrangement méconnue, est sa cuisine. Avec 450 plats typiques et des produits hautement diversifiés grâce, entre autre, à la complexité climatique du pays, le Pérou peut se vanter d’avoir été élu « Meilleure destination gastronomique au monde » en 2012 et 2013 au World Travel Awards. La dernière édition qui s’est tenue fin novembre, a été gagnée devant la Chine, l’Australie, l’Espagne, la France, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Thaïlande et les États-Unis. Ce n’est pas rien !

 

Qu’est ce qu’il ne faudrait absolument pas manquer d’y voir ou y faire ?

Avant d’arriver au Pérou, peu de gens ont conscience des distances importantes entre les régions. Pour être réaliste, je dirais qu’en deux semaines, on peut visiter les régions d’Arequipa, Puno et Cusco.

Arequipa, la ville blanche, est une jolie ville coloniale qui mérite bien quelques journées de visite, mais il ne faut surtout pas manquer l’excursion dans le Canyon de Colca, deux fois plus profond que le Grand Canyon, et qui offre un joli paysage bordé de cultures en terrasses.

Canyon Colca
Pérou

Puno est la grande ville péruvienne au bord du Titicaca, le plus haut lac navigable au monde . En soi, la ville n’est pas particulièrement intéressante, mais c’est de là que partent les excursions vers les îles Uros, Amantani et Taquile.

Il ne faut pas hésiter à combiner le séjour avec la grande célébration de Virgen de la Candelaria, en février. Avec 50 000 danseurs et 15 000 musiciens, c’est une des fêtes religieuses les plus importantes du Pérou et même d’Amérique du Sud. Elle a valu à Puno le titre de « capitale du folklore péruvien« .

Titicaca Taquile
Pérou

La belle Cusco, ancienne capitale de l’empire inca, est encore aujourd’hui un incontournable du pays. D’abord, car la ville a su garder un cachet historique particulier, mais également car c’est le point de départ de grand nombre d’excursions dans la région.

Si l’on ne peut passer à côté du Machu Picchu lors d’un premier voyage au Pérou, de nombreux sites de la Vallée Sacrée des Incas méritent autant d’attention. Ollantaytambo, un des villages les plus importants de l’empire inca, fut un haut lieu de résistance face aux conquistadors. Pisac, un des plus beaux sites de la Vallée, aurait été une résidence royale de l’Inca Pachacutec.

J’ajouterais également les salines de Maras, un site d’extraction du sel par évaporation formé par 3000 bassins et utilisé depuis l’époque inca. La vue y est impressionnante !

Salines de Maras
Pérou

La fête la plus connue du Pérou est l’Inti Raymi, la fête inca du soleil  qui a lieu à Cusco, le 24 juin. Si à l’origine elle célébrait un nouveau cycle de récolte, c’est aujourd’hui une grande manifestation culturelle qui célèbre le passé historique de Cusco, à travers un grand spectacle ponctué de rites et de danses. C’est certainement un événement à ne pas manquer si vous voyagez au Pérou durant le mois de juin.

Mais avec plus de deux semaines devant soi, on peut également un tour du côté de la jungle amazonienne, un véritable paradis de la biodiversité (Puerto Maldonado ou Iquitos), se prélasser sur les belles plages de sable du Pacifique (Huanchaco, Punta Sal, Mancora), y faire du surf et de la plongée ou se diriger au nord, du côté de Huara, la capitale du plein air au Pérou et visiter le magnifique Parc national de Huascaran.

 

Quelles sont les spécialités culinaires ?

Il faut savoir que le Pérou a reçu une importante immigration africaine, chinoise, japonaise, italienne, arabe et espagnole au fil des siècles. À l’inverse de ce que l’on peut observer dans plusieurs pays, ces cultures ont fini par créer un véritable amalgame « purement péruvien » qui se traduit dans la nourriture.

De nombreux plats amenés par les immigrants ont été modifiés afin d’intégrer les produits locaux. C’est ainsi que de nouveaux plats ont vu le jour et sont devenus typiquement péruviens. On pourrait parler durant des heures des spécialités, mais j’établirai mon top 10 des must-eat comme suit:

  1. ceviche: du poisson cru (ou fruits de mer), mariné dans du jus de lime, accompagné de tranches d’oignon, piment, sel et poivre. On dit qu’il aurait des origines arabo-espagnoles. C’est aujourd’hui le plat national péruvien, il a même été déclaré patrimoine national.
  2. anticuchos: brochettes de cœur de bœuf, savoureux à souhait.
  3. cuy: cochon d’inde grillé, typique de Cusco.
  4. causa limeña: un étagé de pommes de terre jaunes, œuf, maïs, fromage, avocat, complété par des fruits de mer ou de la viande, un plat d’origine précolombienne.
  5. rocoto relleno: piment rouge farci de viande hachée, épices, oignon, ail, fromage, typique de la région d’Arequipa.
  6. tiradito: du poisson cru, présenté comme un carpaccio, dans une sauce épicée et généralement accompagné de patate douce et maïs. C’est un exemple de la cuisine « nikkei », la cuisine issue du métissage japonais et péruvien.
  7. aji de gallina: émincé de poule ou de poulet, dans une sauce avec oignon, ail, piment et pain de mie trempé dans du lait. Parait-il qu’on doit ce plat en grande partie à des chefs français qui, en se retrouvant sans travail après la révolution française, immigrèrent au Pérou.
  8. lomo saltado: un émincé de bœuf sauté dans la sauce soya avec oignons, tomates, généralement accompagné de pommes de terre frites. C’est ce qu’on appelle un plat « chifa », c’est à dire, d’origine chinoise. On remarque d’ailleurs au Pérou que l’utilisation de la sauce soya est plutôt répandue, c’est un héritage directe de l’immigration chinoise.
  9. chupe de camarones: c’est une soupe onctueuse de crevettes de la région d’Arequipa.
  10. crème glacée au lucuma: un fruit qui goûte un peu le caramel et dont les Péruviens raffolent.

Mais il faut aussi goûter au pisco sour, cocktail national péruvien, fait à base de pisco et de lime. Attention, avec les dosages péruviens, ça monte vite à la tête !

 

Quels souvenirs typiques seraient à ramener de ce pays ?

On trouve plusieurs objets d’artisanat comme des instruments de musique, du travail sur bois, des nappes aux couleurs vives typiques de Andes, mais le mieux, selon moi, est de ramener des vêtements en laine d’alpaga. On trouve des écharpes, des bonnets, des chandails d’une bonne qualité, etc. C’est une laine très douce, chaude, résistante, hypoallergénique , qui dit mieux ?

Et si l’on va dans l’Amazonie péruvienne, ramener un hamac est un souvenir franchement sympathique !

 

Quels sont tes lieux préférés dans ce pays ?

J’aime avant tout Lima, peut être parce qu’elle est -injustement- mal aimée. C’est vrai, elle est grise, humide, polluée. C’est sa situation géographique n’aide pas du tout son cas ! Non seulement elle accueille une multitude de manifestations culturelles digne des autres grandes capitales du monde, elle  jouit en plus d’une scène culinaire très riche.

Étant la capitale de la « meilleure destination gastronomique » du monde, on y trouve bien sûr d’excellents restaurants, comme Astrid y Gaston, élu 14e meilleur restaurant du monde et Central, qui a gagné la 50e position. Il existe bien sûr une multitude d’autres restaurants pour tous les portefeuilles, c’est le paradis d’une gourmande comme moi !

Sinon, j’ai un faible pour le désert, dans la région de Paracas, sur la côte Pacifique. D’abord parce qu’on y trouve les Iles Ballestas avec d’immenses colonies de manchots et d’otaries, mais surtout parce qu’on peut profiter au maximum des dunes de sables en faisant du sandboard, du dune buggy et même se baigner un oasis d’eau pure ! C’est le bonheur.

Buggy dans le désert Paracas
Pérou

 

Quelle est la meilleure façon de visiter ce pays ?

Le Pérou présente forcément quelques risques. Si son économie est en pleine expansion, les disparité socio-économiques sont encore importantes. On peut facilement le visiter seul, cependant il faut prendre quelques précautions, comme éviter de faire du pouce, éviter de porter des objets de valeur visibles (appareil photo au cou, bijoux flamboyants, porte monnaie dans la poche) et surveiller en permanence son sac à dos.

 

Quelle est la meilleure période pour s’y rendre ?

Le mot clef à retenir: l’entre-deux saisons.

Le Pérou renferme 28 climats différents, mais en règle générale, on observe deux grandes saisons: la saison sèche (l’hiver, de mai à novembre) et la saison humide (l’été, de décembre à avril). Si la saison sèche est plus agréable car les pluies sont plus rares, c’est aussi la période la plus touristique, particulièrement juin, juillet et août. L’idéal pour profiter du meilleur des deux mondes est d’y aller d’avril à début juin ou de septembre à novembre.

Dans ces périodes, on peut s’attendre à une température allant de 15C à 25C, mais le soir en altitude, elle peut descendre à 0C. Pour la jungle, elle tourne autours de 30C. Il faut se souvenir que la température varie énormément d’une région à l’autre !

 

Quelles sont les règles sanitaires à respecter pour y réussir son séjour ?

Comme on retrouve au Pérou un niveau d’hygiène inférieur à celui auquel on est habitué, il faut prendre quelques précautions, sans devenir paranoïaque. D’abord, l’eau est non potable. Même les locaux ne prennent pas l’eau du robinet sans la faire bouillir, mieux vaut donc acheter l’eau en bouteille ou si vous avez accès à une cuisine, la faire bouillir.

Personnellement, j’ai une aversion pour les désinfectant de type Purell qui assèchent les mains. Je préfère apporter une petite bouteille de savon. Elle sera bien utile, car on trouve rarement  dans les toilettes (pareil pour le papier hygiénique!), sauf dans les hôtels et les bons restaurants.

Côté vaccin, aucun n’est obligatoire. Il est recommandé de recevoir celui de l’Hépatite A. Il est aussi très fortement recommandé de recevoir celui contre la fièvre jaune si l’on prévoit aller en Amazonie et ce, 10 jours avant le séjour.

Un conseil très important, même s’il n’est pas vraiment d’ordre sanitaire est de faire particulièrement attention en altitude. Il existe un mal des montagnes, qu’on appelle soroche et dont les symptômes apparaissent généralement à partir de 2500m. Mal de tête, nausées, ou pire, peuvent se faire ressentir. Il faut donc prendre quelques précautions: manger léger, ne surtout pas courir, bien s’hydrater, éviter de boire de l’alcool et de fumer. Il faut laisser le temps au corps de s’adapter au manque d’oxygène.

 

Quelle image/photo caractériserait le mieux ce pays ?

Le Machu Picchu, incontestablement.

Le Machu Pichu
Pérou

Niché entre les immenses montagnes  vertes de l’Urubamba, il est devenu le symbole du pays à travers le monde après sa redécouverte par l’archéologue Hiram Bingham en 1911.

Patrimoine de l’Unesco depuis trente ans, nouvelles merveille du monde depuis 2007, il y a encore tout un mystère qui entoure la citadelle et sa véritable vocation d’origine. S’il y a bien d’autres choses qui caractérisent le Pérou, le Machu Picchu est celui qui a fait rêver de nombreux voyageurs et curieux.

 

Que dirais tu pour convaincre quelqu’un d’aller dans ce pays plutôt qu’ailleurs ?

Le Pérou est un pays aussi diversifié que méconnu. Si plusieurs voyageurs le trouvent trop touristique, c’est qu’en réalité son activité est hyper concentrée dans certaines régions finalement assez réduites.

Oui, le Pérou est le pays des lamas, mais également des perroquets, des singes, des capybaras et des dauphins roses. Oui, c’est le pays des Incas, mais aussi du surf, du rafting, des bières de microbrasserie, des hôtels de luxe et des bars underground.

Pérou

Le Pérou est bien plus qu’une aventure de Tintin et c’est ce qui rend ce pays si fascinant.

 

As tu quelque chose à ajouter ?

Qu’on soit amateur d’histoire, de gastronomie ou de plein air, le Pérou est un vrai terrain de jeu aux possibilités multiples. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me contacter.

 

Un commentaire à faire sur l’interview ou une question à poser à Vanessa ? N’hésitez pas à utiliser la zone commentaires située en bas de cette page …

Vous avez la plume facile et vous souhaitez vous aussi vous faire interviewé(e) pour mieux faire connaître votre pays de résidence ou de coeur ? Contactez nous

 

, ,

6 Réponses pour Interview de Vanessa Huet qui nous fait découvrir le Pérou

  1. C’est mon rêve d’aller visiter le Machu Pichu! Ces ruines en plein milieu d’une montagne et entourée d’une vue magique! Ces vrais que les paysages du Pérou sont diversifié, par contre je ne savais pas qu’il y avait autant de mélange culturel, mais en y pensant, c’est vrai qu’il y a énormément de cultures et traditions amérindiennes différentes! Le Pérou fait parti de mes prochaines destinations, c’est évident!
    Merci d’avoir partagé ton expérience avec nous!
    Bonne fin d’année!

    • Leslie@Voyage Perou 03/01/2014 à 16:17 #

      Oui Franck, c’est en effet un pays d’une diversité étonnante. C’est probablement la plus grande surprise qu’on a en y allant la première fois! 🙂
      Leslie@Voyage Perou – Article récent : Chili: San Pedro de AtacamaMy Profile

  2. Mathieu 11/01/2014 à 23:57 #

    Super interview Vanessa. Je trouve génial que tu aies pu connaitre le Pérou en séjournant chez des locaux. C’est à mon avis l’une des meilleures manières de découvrir un pays, en s’affranchissant des lieux touristiques ne donne pas forcément une image réèl du pays.

    Tu parles du 24 juin, c’est aussi le changement d’année dans le calendrier des Mapuches, les améridiens vivant dans le sud du continent. En tout cas, j’aime beaucoup les salines de maras, le lieu a l’air splendide.
    Mathieu – Article récent : Dakar 2014 en Amérique Latine : Interview d’un chilienMy Profile

    • Leslie@Voyage Perou 12/01/2014 à 15:22 #

      Salut Mathieu,
      Oui en effet le 24 juin est une date de célébration pour plusieurs peuples. Je ne peux m’empêcher d’imaginer tous ces gens célébrant cette journée, en même temps, dans leur région, avec des rituels différents. C’est impressionnant 🙂
      Leslie@Voyage Perou – Article récent : Bientôt il sera trop tard pour aller aux Galapagos…My Profile

  3. Marie 30/04/2014 à 10:54 #

    Merci pour ce témoignage. Le Pérou est un pays à découvrir.
    Marie – Article récent : Moncontour Active ParkMy Profile

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ne copiez pas notre blog !