Interview Travelplugin : en mode nomade digital à Budapest

Lama-doubleQui n’a jamais rêvé de pouvoir parcourir librement le monde ? Sans être né sous une bonne étoile en étant rentier, cela parait peu envisageable … à moins de pouvoir voyager tout en travaillant !

A l’ère de l’internet et des nouvelles technologies, c’est le principe adopté par le nomade digital. Celui ci peut travailler partout où il le désire dans le monde et bouge souvent sans avoir de contrainte géographique, son seul pré-requis étant alors de disposer d’une bonne connexion internet.

Un mode de vie choisi par Haydée et Tony qui nous font découvrir Budapest où ils se trouvent actuellement …

 

Peux tu te présenter ?

Je m’appelle Haydée et avec Tony mon homme nous habitons actuellement à Budapest. Nous avons tous les deux 36 ans. Notre objectif de vie est de travailler tout en parcourant le monde.

Grâce à nos compétences, nous bossons via internet en vendant nos services. C’est ce qu’on appelle le nomadisme digital.

Vous pouvez également nous retrouver sur nos différents réseaux : Twitter, Google+, Facebook, Pinterest, Youtube, Linked In, Scoop’it, Hellocoton, Géo

 

Quel est ton profil de voyageur ?

France-Pourrie-Mousson-été-hiverLorsque je voyage, je privilégie le long terme car je préfère me sentir expatriée. Rester en France toute ma vie ne m’intéresse pas. Ce qui ne m’empêche pas de faire parfois des voyages de courte durée.

En revanche je ne suis pas une adepte du farniente sur la plage ou des visites touristiques traditionnelles. Je voyage pour comprendre les cultures et apprendre au moins les rudiments de la langue des pays que je visite.

C’est ainsi que je suis partie pour la première fois à mes 19 ans en Angleterre, pour une année d’études (merci papa et maman).

Puis à 22 ans, j’ai cassé ma tirelire et suis repartie à nouveau 1 an et demi. En Espagne cette fois. Il m’a fallu chercher du travail et apprendre l’espagnol.

Ce n’est que 10 ans plus tard et après un grand nombre de voyages d’agrément, principalement en Europe, que je me suis à nouveau expatriée. En Amérique latine cette fois-ci, et avec un contrat en poche pour travailler à distance en tant que webmaster, rédactrice et traductrice d’une entreprise connue : « Joël Robuchon ».

Aujourd’hui je suis installée en Hongrie. Puis ce sera la Bulgarie à partir de janvier. Donc sur la route pour un total d’une année avec l’espoir de rallonger ce voyage si nos finances nous le permettent grâce à nos business en ligne.

 

Comment prépares tu tes voyages ?

Je réserve mes trajets et points de chute via internet. Toujours dans le soucis du plus économique possible. Il ne me viendrait pas à l’idée de passer par une agence de voyage.

Je choisis généralement des destinations que je ne connais pas du tout. Et j’évite de trop me renseigner sur les pays avant de partir afin d’en découvrir le maximum sur place. Même si parfois ce sont des mauvaises surprises qui m’attendent. Comme au Pérou par exemple. Une fois sur place, j’aime lire l’histoire du lieu et en apprendre la langue.

 

Quel est le voyage le plus beau ou le plus original réalisé ?

Chaque voyage a eu son brin d’originalité. Mais je souhaite parler ici de la Hongrie ou plutôt de Budapest qui est une belle surprise jusque-là. Cette ville est magnifique, ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle « La perle du Danube ».

Il y fait bon vivre. C’est calme comparé à Paris. Et il n’est pas rare de pouvoir marcher au milieu de rues sans voitures. J’habite presque au centre ville et pourtant notre appartement coûte 3 fois moins cher qu’en France. Le choix d’un tel lieu est donc plus pratique vu que notre activité sur le net n’en est qu’à ses débuts. Nous minimisons ainsi les risques liés à son développement.

D’autre part nous ne sommes pas loin des autres pays de l’Europe Centrale et de l’Est. Nous allons donc en profiter pour faire un tour à Bratislava en Slovaquie mi-septembre. Puis, courant octobre et novembre, nous visiterons le reste de la Hongrie, histoire d’en avoir un réel aperçu. D’où l’idée de vivre plusieurs mois chaque fois dans un endroit.

 

Parles nous un peu de ce voyage …

Ici il fait très chaud en été et l’hiver sera rude paraît-il ! Mais tout dépend du point de vue de chacun. Durant nos premiers jours nous avons rencontré un Polonais, Daruisz qui nous disait que pour lui, l’hiver n’était pas tellement froid comparé à son pays.

Les gens sont agréables ici. Mais ils peuvent être agacés si vous avez du mal à les comprendre. Sauf si vous venez avec 2 ou 3 mots de hongrois. Un sourire radieux se dessine alors immédiatement sur leur visage, comme si c’était un miracle d’avoir pris le temps d’apprendre ces quelques paroles.

En terme de spécialité, c’est le paprika qui prime, et le goulasch comme dans d’autres pays de l’Est d’ailleurs. Un mets à goûter absolument.

Côté Junk-food, les petits restos turcs sont partout : les « Gyros » et leurs fallafels plutôt bons et équilibrés sont parfois à tomber pour à peine 3 €.

Niveau visite, nous avons prévu une virée vers le lac Balaton pour septembre. Situé au sud-ouest de Budapest, le coin est constitué d’anciens volcans ! Une magnifique région d’après notre proprio. A visiter hors week-end en raison de la forte affluence.

Puis plus au Sud encore, nous irons à Pecs, autrefois sous domination turque. Ceux-ci y ont laissé des traces à travers leurs monuments tels que des mosquées.

 

Quels ont été les faits marquants de ce voyage ?

Après 2 mois ici, je dirais la recherche d’appartement. Elle a été plus difficile que nous le pensions. Il a fallu fouiner, mais aussi négocier. Et ce n’est pas une mince affaire que de négocier avec des hongrois ! Une toute nouvelle mentalité pour nous.

Une fois installés, nous avons eu la chance de participer au Sziget festival en tant qu’invités presse. Le plus beau festival du moment en Europe.

Nous avons aimé l’ambiance malgré les prix prohibitifs. Les boissons et l’alimentation sont 3 fois plus chers qu’en centre ville. Pouvoir comparer ce genre de choses est tout l’avantage d’habiter les lieux. Mais nous avions l’impression de nous faire arnaquer dans chaque recoin et échoppe. Du coup nous sommes sorti presque à chaque fois hors du festival pour nous restaurer.

De manière générale, nous avons fait pas mal de rencontres éphémères dans le pays. Des italiens, des français, des anglais, des slovaques et même des colombiens !

Et bien évidemment des hongrois. Je garde d’ailleurs un excellent souvenir d’une avocate et d’un journaliste avec qui nous avons passé la soirée à parler de la situation géopolitique mondiale si préoccupante. Nous n’avions pas du tout le même avis car nos médias respectifs ne nous donnent pas les mêmes couleuvres à avaler. 😉

Bref, nous les reverrons bientôt puisque nous les avons invité pour un grand repas chez nous avec d’autres amis rencontrés il y a peu.

 

Ramèneras tu des cadeaux-souvenirs de ce voyage ?

Certainement pas ! Nous sommes antimatérialistes. Ma vie sera faite de voyage et je ne m’encombrerai pas avec du superflu. Acheter une babiole inutile à un proche qui ne connait même pas le pays n’a pas de réel intérêt.

Le meilleur cadeau que je puisse offrir à quelqu’un, c’est une place sur mon canapé lit là où je vis.

 

A bon entendeur… Et puis comme on dit : La seule chose dans laquelle vous mettez de l’argent et qui vous enrichi vraiment, c’est le voyage.

 

As tu des conseils à donner à ceux qui voudraient faire ce même voyage ?

Partir en nomade digital demande une longue préparation à l’avance. Nous avons mis plus de 2 ans pour en arriver là. J’ai monté le blog, les réseaux et écrit beaucoup d’articles pour nous faire connaître. Une fois fait, il faut développer une activité en ligne et trouver quelques clients avant de décoller.

Tony a fini par prendre un congé sabbatique d’un an. Monter son propre business est un travail difficile qui demande beaucoup d’investissements et de sacrifices.

 

Y a-t-il d’autres destinations que tu envisages de réaliser ?

Bien sûr ! Nous aimerions tester le Portugal quelques temps et au passage apprendre la langue, tout comme je l’avais fait pour l’Espagnol à l’époque. Mais ceci n’est qu’une des nombreuses options possibles.

Nous pensions également à Chiang Mai en Thaïlande, une ville apparemment idéale pour les nomades digitaux, en terme de rencontres mais aussi de prix.

Nous souhaiterions également vivre un moment en Colombie que nous avons survolé pendant 2 semaines. Nous sommes vraiment restés sur notre fin. Les gens et les paysages sont uniques !

Enfin, la Russie nous donne très envie pour ses habitants. C’est un peuple fier et intelligent qui n’a pas son pareil dans le monde et nous en avons marre d’en entendre parler uniquement par médias occidentaux interposés.

Nous avons une multitude de destinations en tête à vrai dire, mais pour l’instant nous vivons, mangeons et visitons la Hongrie à 100 %. Nous déciderons d’ici 7 à 8 mois ce que nous ferons vraiment. Quand s’approchera la fin de ce périple.

 

Un commentaire à faire sur l’interview ou une question à poser à Haydée ? N’hésitez pas à utiliser la zone commentaires située en bas de cette page …

Vous avez la plume facile et vous avez un profil de voyageur atypique ou vous avez vécu une expérience de voyage hors du commun ? Contactez nous pour vous faire interviewer

 

,

6 Réponses pour Interview Travelplugin : en mode nomade digital à Budapest

  1. Mielle 13/09/2014 à 18:35 #

    Aaaaah le Sziget festival… de très bons souvenirs… j’y étais pour l’édition 2007, ça date un peu! J’étais resté la plupart du temps sur l’île mais le peu de la ville que j’ai eu l’occasion de voir m’avait paru très belle. Votre interview donne envie de revenir à Budapest et d’approfondir la visite!

    • Haydée 17/09/2014 à 10:29 #

      Salut Mielle !

      Tu m’étonnes c’est un festival à ne surtout pas manquer lors d’un passage à Budapest. Après il faut y aller à la bonne période. Il faut tout de même savoir qu’il y en a pleins d’autres en été.

      La ville est juste magnifique et je ne cesserai de le dire, n’a rien à envier à Paris.
      Par contre, dès qu’on sort du centre ce n’est plus la même.
      Je lui reprocherai également de ne pas avoir assez de zone verte dans la partie « Pest ». Par contre c’est tout l’inverse du côté de Buda. (de l’autre côté du Danube)
      Haydée – Article récent : 11 business en ligne pour travailler de n’importe où dans le monde dès aujourd’huiMy Profile

  2. Emilie 16/09/2014 à 09:40 #

    Je viens de découvrir le site travelplugin.com grâce à cet article, il est sympa et le style de vie laisse rêveur 🙂
    Emilie – Article récent : Le Sega mauricien toujours aussi populaire à l’île MauriceMy Profile

  3. missbulle 27/05/2015 à 14:38 #

    salut
    lorsque vous écrivez que vous avez été invités en tant qu’invité presse, c’est par rapport à votre métier de webmaster ?
    Sinon, je pense qu’il faut avoir un bon capital de départ pour s’aventurer dans cette expérience ?
    missbulle – Article récent : Le mascara a travers les agesMy Profile

    • Haydée 27/05/2015 à 21:55 #

      Salut Missbulle,

      Je ne suis pas webmaster, mais rédactrice web, voici mon site de rédaction http://www.chevrechaud.com

      Ce n’est pas grâce à un métier que tu obtiens des places presse mais grâce à un média, en l’occurence, notre blog.

      J’ai fait une demande auprès du festival Sziget – j’ai postulé en quelque sorte – en leur prouvant la notoriété de mon blog.

      Oui il m’a fallu quelques années d’apprentissage, de réflexions, de conception & développement de mes activités et d’un mini chiffres d’affaires avant de partir une année dans les Balkans et pays de l’Est. En gros nous ne sommes pas partis à l’arrache. Il s’agit de monter sa boîte et nous nous sommes préparés aux divers risques liés à notre activité.

      Et en septembre nous partons un an aux Philippines, l’aventure continue !
      Haydée – Article récent : Bangkok, une alternative pour changer de vie et s’offrir une expérience de qualitéMy Profile

Laisser un commentaire

Contrôle sécurité * limite de temps dépassée. Rechargez un CAPTCHA

CommentLuv badge

Ne copiez pas notre blog !