Gray et Dole : 2 belles villes comtoises sur notre parcours fluvial

Gray et Dole : 2 belles villes comtoises sur notre parcours fluvial

Halte fluviale à GrayLorsqu’on loue un bateau pour faire du tourisme fluvial, on a cette liberté de pouvoir s’arrêter où on veut quand on veut afin de découvrir ainsi des endroits que l’on ne connait pas encore. En fonction de l’intérêt des lieux, on peut alors soit s’y arrêter un petit moment soit s’y attarder plus longuement en prévoyant une étape pour la nuit.

C’est ainsi qu’au cours de notre semaine de navigation fluviale en Franche-Comté, nous avons prévu de faire étape dans deux belles villes comtoises dans le but de découvrir leur riche patrimoine architectural et historique, il s’agit de Gray et Dole.

 

Réaliser un parcours fluvial en Franche-Comté

La Franche-Comté dispose de plus de 300km de voies navigables réparties entre la petite Saône et le canal du Rhône au Rhin / le Doubs. C’est donc au fil de l’eau que l’on peut évoluer dans la grande diversité de paysages de cette région (campagne, bocages, forêts, reliefs montagneux …) et découvrir ainsi à son rythme de charmants petits villages ou de grandes cités comtoises.

Pour en savoir plus sur ce type de tourisme, nous vous invitons à lire l’article concernant notre expérience de navigation fluviale en Franche-Comté. Nous parlerons plutôt ici des deux villes qui nous ont marqué sur le parcours réalisé : Gray et Dole.

 

Gray : place forte de Franche-Comté au Moyen Age

Un rapide historique

Considérée dès le Moyen-Age comme l’une des villes les plus importantes de la Haute-Saône, Gray est une ancienne ville fortifiée qui doit sa richesse à la Saône. Du fait d’une situation privilégiée en bord de rivière et au croisement de différentes routes, cette ville a en effet connu au fil des siècles un essor commercial important grâce au transport fluvial. Au 19ième siècle, son port était d’ailleurs le port le plus important de l’Est de la France.

Avec leur bonne fortune certains négociants de commerce ont alors fait construire au fil du temps de magnifiques demeures de part et d’autre de la rivière, ce qui a permis à Gray de se constituer un riche patrimoine architectural. La liste des monuments historiques de la ville est d’ailleurs consultable ici.

Notre découverte de la ville

Arrivés à Gray lors d’une fin de matinée, nous avons amarré notre pénichette « La Douce » à la halte fluviale « Le Boat ». Celle ci était située à côté du pont de pierre et à proximité de l’Office du Tourisme où nous avions rendez-vous pour une petite visite guidée de la ville.

La particularité de l’Office du Tourisme de Gray est d’être installé dans un ancien lavoir, un emplacement pour le moins original pour accueillir les touristes 😉

En y attendant notre guide, nous y avons rencontré Claudine qui nous a démontré, photos à l’appui, comment Gray constitue aujourd’hui une étape prisée de plaisanciers venant de tous pays, et cela même d’Australie et de Nouvelle Zélande !
Une carte du monde installée dans l’Office du Tourisme lui est d’ailleurs indispensable pour que les navigateurs étrangers puissent parfois lui indiquer leur origine …

Tissant des relations amicales avec les touristes fluviaux venant de différents horizons, Claudine a alors l’impression de voyager dans le monde sans bouger de son agence 😉

Michèle, une habitante de Gray en retraite, nous a ensuite réalisé la visite guidée. Connaissant bien l’histoire de sa ville, elle travaille de temps à autre bénévolement pour l’Office du Tourisme.

Nous avons alors commencé par visiter un magnifique théâtre à l’italienne datant de 1846. D’une capacité de 320 personnes et doté d’une belle architecture, celui ci est inscrit aux monuments historiques. Nous avons notamment pu admirer son plafond illustré, ses belles loges d’avant scène, sa machinerie ainsi que tout l’envers du décor. Il y avait bien longtemps que je n’avais pas mis les pieds dans un théâtre mais j’avoue que la visite des coulisses de celui ci m’a particulièrement plu et qu’il doit être bien sympa d’y aller assister à la représentation d’une pièce …

Passionnée et passionnante, Michèle nous a aussi raconté quelques anecdotes à propos du monde du théâtre, rendant alors cette visite encore plus intéressante. Pour exemples :

  • les acteurs ne s’habillent jamais en vert : cela depuis que Molière est mort quelques heures après avoir joué pour la dernière fois sur scène « Le malade imaginaire » alors qu’il portait un costume vert.
  • il ne faut jamais offrir d’oeillets à une comédienne : cela depuis le 19ième siècle où lorsqu’une comédienne recevait des roses par le directeur du théâtre cela signifiait que son contrat était renouvelé, lorsqu’elle recevait des oeillets cela signifiait qu’elle était « virée ».

Nous nous sommes ensuite promenés dans Gray et y avons notamment découvert le bel hôtel de ville, un chef d’oeuvre d’architecture franc-comtoise de style renaissance disposant d’un magnifique toit de tuiles vernissées. Celui ci date de 1568.

Un peu plus loin nous avons visité la Tour ecclesiale Saint-Pierre Fourier dont la particularité est de posséder un escalier cylindre pivotant unique en Europe, celui ci permet d’ailleurs d’accéder secrètement à une pièce. Pierre Fourrier, célèbre prête lorrain et pionnier de la réforme catholique, s’y réfugia notamment au 17ième siècle alors qu’il fuyait des persécutions lorraines.

Nous sommes ensuite allés voir le musée Baron Martin, là où se trouvait historiquement un château fort dont il ne reste aujourd’hui qu’une simple tour. Situé dans le quartier historique sur les hauteurs de la ville, ce musée contient des oeuvres permanentes de peinture et de sculpture et propose de manière régulière différentes expositions temporaires.

Depuis l’emplacement de ce musée on a une belle vue panoramique sur la ville de Gray et quelques canons présents témoignent aussi de l’existence historique à cet endroit de la forteresse des Ducs de Bourgogne

Notre balade guidée s’est finalement terminée à la basilique Notre-Dame, un édifice gothique datant du 15ième siècle qui a la particularité de posséder dans son enceinte une statuette miraculeuse de Notre-Dame (datant du 12ième siècle) ainsi que le coeur de Saint-Pierre Fourrier. C’est d’ailleurs cela qui a valu à cette église de devenir une basilique en 1948.

Nous sommes repartis naviguer sur la Saône le lendemain matin après avoir passés une nuit paisible sur Gray …

 

Dole : ancienne capitale de Franche-Comté

Un rapide historique

Au fil des siècles la ville de Dole s’est constituée un riche patrimoine architectural, témoignage de son histoire vécue au travers de différentes époques, que ce soit celle des premiers comtes de Dole (du 10ième au 14ième siècle), celle des Ducs de Bourgogne (du 14ième au 15ième siècle) ou encore celle des Habsbourg d’Espagne (du 15ième au 17ième siècle). La liste des monuments historiques de la ville est notamment consultable ici.

C’est sous le règne de Louis XIV que Dole a ensuite été rattachée au Royaume de France (en 1674). Elle a alors très vite perdu son statut de capitale de Franche-Comté (ou Comté de Bourgogne), au profit de Besançon, pour devenir une simple ville française (en 1676) qui restera tout de même la ville la plus peuplée du Jura et connaîtra un essor économique important au 18ième siècle.

Notre découverte de la ville

Arrivés à Dole en début de soirée, nous avons amarré notre pénichette « La Douce » à la base Nicols située au pied de la collégiale Notre-Dame.

Une visite guidée de la ville étant prévue avec l’Office du Tourisme le lendemain matin, nous sommes allés nous balader un peu dans Dole à la recherche d’un restaurant sympa pour la soirée. Très vite nous avons été intrigué par la présence régulière au sol de flèches de métal triangulaires à l’intérieur desquelles était dessiné un chat, celles ci semblant indiquer une direction à suivre …

Ces sigles nous ont alors accompagnés jusqu’à un endroit très romantique qui nous a totalement charmé : le quartier des tanneurs. Différents restaurants installés le long d’un canal lui donnent en effet des airs de Petite Venise et il n’aura alors pas fallu longtemps pour nous décider à profiter d’une terrasse dans ce cadre agréable afin de goûter quelques spécialités franc-comtoises 😉

Le lendemain matin nous sommes allés comme prévu à l’Office du Tourisme pour y rencontrer notre guide professeur d’histoire. Celui ci a commencé par nous amener dans la cour intérieure d’un ancien hôtel particulier afin de nous y raconter les grandes lignes de l’histoire de Dole et nous montrer l’influence de celle ci sur certains détails d’architecture de l’hôtel, comme cet escalier tournant datant du début du 16ième siècle ou cet escalier droit datant du 18ième siècle …

Les explications du guide nous apprendront aussi que Dole dispose d’un centre historique particulièrement bien préservé, ce qui lui a notamment valu d’être classée Ville d’Art et d’Histoire et lui permet de nos jours de constituer une étape prisée pour le tourisme fluvial (raison d’ailleurs de notre présence) et l’euro-vélo.

Nous avons ensuite rejoins la collégiale Notre-Dame, ce bel édifice gothique datant du 16ième siècle qui trône sur le centre historique de Dole et notamment sur sa place nationale où avait lieu un petit marché lors de notre passage. Après avoir gravi les 256 marches du clocher, nous avons pu profiter d’une vue panoramique à 360° sur la ville et ses alentours. Il était alors impressionnant de voir toutes ces vieilles maisons étroites accolées les unes aux autres. Vue d’en haut, Dole révèle véritablement son caractère de cité du Moyen-Age.

C’est aussi en haut de ce clocher que notre guide nous a fait profiter de ses grandes connaissances sur certains vins du Jura : le Vin Jaune, le Vin de Paille et le Macvin. Nous avions effet quelques questions à propos du vin goûté la veille au restaurant et celles ci ont permis de révéler qu’il était un fin connaisseur du sujet 😉

Une fois redescendus du clocher, nous avons pris la direction du quartier des tanneurs pour y découvrir l’endroit où est né Louis Pasteur (en 1822), l’inventeur du vaccin contre la rage, dont le père était tanneur de métier. Sa maison natale, aujourd’hui transformée en musée dédié à sa vie et à son oeuvre, donne sur le canal des tanneurs, à l’endroit où se trouvent les charmants petits restaurants découverts la veille.

Nous n’avons bien sûr pas oublié de poser la question concernant les flèches triangulaires que l’on retrouve un peu partout au sol dans la ville. Celles ci font en fait référence aux Contes du Chat Perché dont l’auteur Marcel Aymé a vécu à Dole. Elles permettent en fait de baliser un itinéraire découverte de l’ensemble des points d’intérêts de la ville au travers d’un parcours long de 4km. Le site web www.chatperche-dole.mobi donne notamment accès à un plan interactif (ou en PDF) du circuit.

Nous nous sommes dirigés ensuite vers l’hôtel Dieu, un magnifique hôpital construit au 12ième siècle pour les pauvres de la ville et qui abrite désormais la médiathèque de Dole. Puis, la visite guidée touchant à sa fin, nous sommes repartis en direction de l’Office du Tourisme en passant devant l’ancien hôpital général de la Charité, un beau bâtiment du 13ième siècle abritant désormais le lycée Charles Nodier.

C’était alors l’heure du déjeuner et nous n’avons pas pu nous empêcher de retourner au quartier des tanneurs afin de découvrir un autre petit restaurant avant de repartir naviguer sur le canal du Rhône au Rhin et le Doubs 😉

 

Notre avis

Nous avons bien aimé ces deux visites guidées ayant permis d’ajouter un peu de culture à notre semaine de tourisme fluviale. Nous avons aussi bien apprécié la sympathie et les grandes connaissances des deux guides qui nous ont alors accompagné.

Gray et Dole sont deux villes bien différentes ayant chacune leur histoire propre mais permettant néanmoins toutes deux d’avoir un bon aperçu du riche patrimoine architectural franc-comtois.

Dole aura cependant eu notre préférence, cette ville ayant en effet été le gros coup de coeur de notre semaine de balade fluviale en Franche-Comté. Nul doute que nous essaierons d’y retourner plus longuement dès que l’occasion se présentera, notamment pour prendre le temps de parcourir l’intégralité du circuit du Chat Perché et aussi très certainement pour découvrir quelques autres restaurants du quartier des tanneurs 🙂

 

C’est grâce à une invitation du Comité Régional du Tourisme de Franche-Comté que nous avons pu tester le tourisme fluvial sur la Saône et le Canal du Rhôle au Rhin / le Doubs. Vous pouvez découvrir en images l’intégralité de ce séjour en cliquant ici ….

Nous remercions vivement l’Office de Tourisme Val de Gray pour l’organisation de la visite guidée de la ville de Gray et l’Office du Tourisme de Dole pour l’organisation de la visite guidée de la ville de Dole. Je n’en suis pas moins resté libre de mon récit sur ces expériences, celui ci résultant de notre unique et entière appréciation.

Si vous êtes en quête d’idées de sorties ou de visites en Franche-Comté, visitez le blog des fans de Franche-Comté à l’adresse http://www.fans.franche-comte.org

 

Et vous, connaissez vous ces deux villes de Franche-Comté ? laquelle des 2 aurait le plus votre préférence ?

=> Pour répondre ou pour toute question/remarque, n’hésitez pas à utiliser la zone commentaires située en bas de cette page …

 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu